Nos disciplines

Le K1 :


 

Discipline très médiatisé notamment avec l’organisation du GLory, le K1 est une discipline spectaculaire et explosive de kickboxing où l’intention du boxeur est de battre son adversaire avec pleine puissance et force.

Les coups de pieds, les coups de poings et les coups de genou doivent être assénés avec vitesse et détermination, précision, créant un contact solide. Les coups sont autorisés à l’avant et sur le coté de la tête, l’avant et le coté du corps, sur les faces interne et externe de la cuisse, le balayage est également autorisé.

Le combat se déroule dans un ring. L’arbitre est responsable de la sécurité des boxeurs, il doit veiller à ce que les règles soient respectées, les juges comptent les techniques autorisées et notent les points sur les feuilles de score.

La recherche de la mise hors combat de l’adversaire n’est pas une finalité.

Le corps à corps doit durer moins de 5 secondes, il est permis de tenir son adversaire par le cou avec les deux mains de manière à attaquer avec le genou uniquement. Un seul coup de genou est autorisé par corps à corps.

Il est interdit d’attraper la jambe et d’asséner des coups de poings ou de pieds en même temps.

Le K1 est la discipline principale de notre apprentissage.

Le Kickboxing :


 

Le kickboxing est une discipline sportive appartenant au groupe des boxes pieds-poings développée au début des années 1960 par les Américains, ou « kick-boxing américain » avec coup de pied circulaire en ligne basse appelé Low Kick.

Le kickboxeur doit battre son adversaire avec pleine puissance et force. Les coups de pieds et les coups de poings doivent être assénés avec vitesse et détermination, précision, créant un contact solide. Les coups sont autorisés à l’avant et sur le coté de la tête, l’avant et le coté du corps, sur les faces interne et externe de la cuisse, le balayage est également autorisé.

Le combat se déroule dans un ring. L’arbitre est responsable de la sécurité des kickboxeurs, il doit veiller à ce que les règles soient respectées, les juges comptent les techniques autorisées et notent les points sur les feuilles de score.

La recherche de la mise hors combat de l’adversaire n’est pas une finalité.

 

Le Muay Thaï :


 

Le Muaythaï remonte environ au XVe siècle. Sport de combat profondément enraciné dans la culture thaïlandaise, le Muaythaï, « boxe du peuple », dérive notamment dans ce qu’on appelle en Occident le Muay-Boran (boxe traditionnelle) et du Krabi-Krabong (pratique avec les armes). Parmi les autres boxes du Sud-Est asiatique (boxe birmane, boxe khmère, boxe vietnamienne, bokator, etc…), elle est la plus populaire.

Discipline pieds-poings, le Muaythaï voit les adversaires associer des techniques de coups de pied, de coude et de genou proches du karaté, avec les coups de poing de la Boxe Anglaise. En plus des frappes, il autorise les saisies et projections au sol proches de celles du judo. Les coups peuvent être portés sur l’ensemble du corps (figure, buste et jambes).

*Sources : FFKMDA (Fédération Française de kickboxing, de Muay Thaï et Disciplines Associées)